Madame de Bonplaisir Imprimer
Pays : France
Année : 2010
Durée : 113 minutes

Réalisation : Hervé Bodilis
Interprétation : Winnie, Kathy Sweet, Madison Parker, Simone Style, JPX, James Brossman, George Uhl, Alex


Synopsis : Aurore, 40 ans, est une épouse et maîtresse de maison parfaite. Elégante et dévouée à son mari, elle accueille à la perfection leurs couples d’amis pour un week-end dans leur somptueux domaine. Sa fille de 20 ans aime jouer les petites salopes et se faire pénétrer vigoureusement par tous les orifices. Le maître des lieux entraîne son ami pour se délecter d’une magnifique prostituée prête à répondre à toutes leurs perversions, double pénétration comprise. Greta, la cuisinière, offre ses énormes seins à son patron pour une branlette espagnole en règle et n’oublie pas d’offrir son cul à son mari un peu jaloux. Tout ne semble être que luxure et perversion dans cette somptueuse demeure, à part Aurore, résistant comme elle peut aux avances d’un bel inconnu. Il l’entraînera dans l’adultère et lui fera oublier tous ses principes moraux, loin de sa vie routinière de mère de famille.

Notre avis : MILF made in Dorcel
Par Anthony S.

Lorsque Hervé Bodilis s’attaque au phénomène relativement récent des MILF, il le fait avec la perversion qui caractérise son univers (univers fantasmé dans lequel – presque - tout le monde couche avec – presque - tout le monde, sans le moindre regret ni scrupule) et sans la vulgarité qui est, au sein de cette niche, bien trop souvent la norme. Ici, la MILF en question, interprétée avec délicatesse par Winnie, est une quadragénaire somptueuse, sur qui le poids des années n’a pas de prise, ou si peu. Seule la timidité sexuelle qui la caractérise l’empêche d’atteindre un plein épanouissement. C’est ici qu’intervient le mari, figure pleinement bodilienne tant il représente cette perversité évoquée plus haut.
Ce petit monde s’ébat dans ce grand château, avec joie et volupté, dans six scènes variées : Madisson Parker, la fille, baise en cachette avec le palefrenier ; George Uhl et Alex ce font nettoyer le zgueg (au propre comme au figurer !) par Simone Style, la prostituée du coin aux sous-vêtements agressifs ; Alex qui revient de son escapade nocturne… et se fait alpaguer par Madisson Parker, vite rejointe par Kathy Sweet ; Léa Magic qui se fait engueuler par JPX pour avoir branlé le patron entre ses gros nichons, et qui se fait pardonner à sa manière…
Mais les deux plus jolies scènes sont bien entendu celles qui réunissent James Brossman à la belle Winnie. Sensuelles, ces deux scènes sont le résultat d’un lent processus qui culmine sous l’œil du mari caché derrière un miroir sans teins, savourant le succès du plan pervers qu’il a pu imaginer.
Pas de doute, ça fait du bien de voir Bodilis revenir de temps à autre aux films scénarisés : celui-ci est tout simplement sa meilleure livraison depuis L’Eté de mes 19 ans, dont le soleil d’Ibiza contraste violemment avec les températures polaires de ce Madame de Bonplaisir. Tout au plus pourrait-on lui reprocher un doublage assez approximatif.



Notre avis :
Par Anthony S.

Bandes-annonces, stripteases, et publicités pour le port du préservatif accompagnent un making of promotionnel, dans lequel Bodilis intervient assez fréquemment. Il livre quelques anecdotes amusantes et intéressantes, liées notamment au problème d’un tournage sous la neige : annulation de dernière minute de certaines actrices ; caméra en panne, température descendant sous les moins 20… Néanmoins, malgré le froid, on le voit éclater de rire en plein tournage à plusieurs reprises, ce qui l’éloigne un peu de son attitude flegmatique habituelle.