Marie-Noëlle Imprimer
Pays : France
Anne : 2010
Dure : 134 minutes

Réalisation : Christian Lavil
Interprétation : Angell Summers, Graziella Diamond, Cécilia Vega, Lou Charmelle, Angel Pink, Asian Shan, Ian Scott, Donna Bell, Shana Spirit, Rico Simmons, Titof, Mike Angelo, Phil Hollyday, Dino Toscani, Luciano


Synopsis : Rien ne va plus chez le Père Noël. Les fêtes de Noël approchent et ses lutins disparaissent mystérieusement. Sa fille, la charmante Marie Noëlle est "un peu" obsédée et se tape les gentils lutins un par un mais ceux-ci s'évaporent après avoir craché leur précieuse semence... Jean Balthazar, le fils du père fouettard est encore puceau (mais pas pour longtemps), ce qui ne plait pas du tout à son père, queutard invétéré... Mère grand ne veut pas vieillir et baise avec tout ce qui passe à sa portée... Tout se petit monde s'en donne à coeur joie et baise à tout va dans ce conte pour adulte signé Christian Lavil.

Notre avis : A Noël, on met le Jésus dans la crèche
Par Florent B.

Bâti autour d’un scénario très drôle (félicitations à Bertrand Cailac et Christian Lavil), bourré de jeux de mots pourris et expressions hilarantes, Marie-Noëlle a comme principale qualité d’être très bien interprété. A tous ceux qui trouvent que les acteurs pornos ne savent souvent pas bien jouer la comédie, voilà huit actrices et sept acteurs parfaits dans leur rôle. Mention particulière à Angell Summers, superbe en Marie-Noëlle perverse, Cécilia Véga en Mère-Grand lubrique explosive, Graziella Diamond déjantée en Super-Suceuse, Rico Simmons hilarant en Sperman, ou encore Lou Charmelle érotique à souhait en Emilie Broute-me.

Il n’y a pas que de l’humour, dans ce film. Il y a aussi de nombreuses scènes de cul, à deux, trois, quatre ou cinq, et pour tous les goûts. Personnellement, j’ai particulièrement apprécié le duo lesbien entre Lou Charmelle et Shana Spirit dans une scène aussi tendre qu’érotique. Mais ceux qui aiment les ébats plus vifs seront séduits par le dynamisme de la fontaine Cécilia Véga face à Mike Angelo et Ian Scott, où les trois y vont de leur giclette, celle de Mère-Grand n’étant pas la moins imposante.

On n’oubliera pas non plus l’avant dernière scène : alors que Tony Carrera et Ian Scott tentent de satisfaire Graziella Diamond, Cécilia Véga, dans son coin, se branle la chatte, puis l’anus, y introduisant même son propre poing. Préliminaire semble-t-il efficace, puisque lorsqu’elle vient s’empaler sur Tony, elle lui éjacule copieusement sur le ventre (et pas l’inverse). Tout ça avant que Mike Angelo ne rejoigne le quatuor dans la joie et la bonne humeur.

« Mais dis moi, Mère-Grand, quelle est ta recette pour rester aussi jeune ?
- Me faire tirer régulièrement
».
Si elle le dit...



Notre avis :
Par Florent B.

Côté bonus, c’est également une réussite :
On a droit aux bandes annonces de quatre films : Baise éternelle, Les Grimpeuses, Blanche, Alice, Sandy et les autres, Les Campeuses à la ferme, et Au plus profond de Cécilia.
Egalement huit scènes (une par actrice) solo, où elles se font du bien à elles même.
Enfin et surtout un excellent making of de 72 minutes. Là, on comprend à quoi tient également la réussite d’un film. L’ambiance semble excellente (mais studieuse, ils n’ont pas chômé), chacun est de bonne humeur, Christian Lavil le premier.
Bravo, m’sieur Lavil, c’est une réussite !